Le monument arménien à Ixelles Retour à la page d'accueilPlan du siteLiens
 

Accueil
News, Infos, Agenda

 

Actualités

 

News

 

La Lettre de l'ADL

 

Agenda, activités, culture

 

Infos Europe, Turquie

 

Infos d'Arménie

 

Documents

 

Questions/réponses
La Cause Arménienne

 

Communiqués

 

Infos

 

Le Mouvement Arménophile

 

Le Génocide

 

Le Négationnisme

 

Archives

 

Petitions
Histoire

 

Les racines

 

Contemporaine
Liens
Contacts

 

Sections

 

Bureau

 

Couriel des Internautes
RECHERCHE
Le monument arménien à Ixelles 16/05/2003
Bagarre électorale sur le monument arménien à Ixelles
 
Déjà avant la visite du général Kilinc, le 29 mars 2003, sous l'égide de
l'Ambassade de Turquie, le /Comité de coordination des associations turques/
avait lancé une campagne pour la démolition du monument arménien à Ixelles.
Cette campagne était accompagnée d'une autre initiative du même comité en vue
d'ériger, en revanche, un monument d'Atatürk dans un des endroits prestigieux de
la capitale européenne.
 
En effet, déjà aux élections législatives de 1999, le PRL avait été fort
critiqué par les candidats turcs des autres partis à cause de ce monument
arménien. Même un candidat turc à la Chambre sur la liste PRL, afin de regagner
la confiance de ses compatriotes, avait promis de faire enlever ce monument et
en revanche d'ériger à Bruxelles un autre monument dédié à l'humanisme de
l'Empire ottoman.
 
Le candidat en question n'a pas été élu, toutefois il a été récompensé par le
PRL au pouvoir avec sa nomination au poste d'"attaché commercial de
Bruxelles-Wallonie auprès du Consulat belge à Istanbul".
 
Cette fois-ci, dans une page intitulée "La honte de la Belgique", le quotidien
/Hürriyet/ du 13 avril 2003 rapportait que le Comité de coordination des
associations turques avait envoyé à tous les leaders politiques, bourgmestres,
députés et sénateurs belges un appel pour les informer que 140 mille turcs de
Belgique étaient fort gênés de la présence d'un tel monument érigé par l'ancien
bourgmestre Yves De Jonghe (MR, ancien PRL) en 1997 à Ixelles.
 
C'est après cette visite du général Kilinc que la question de "monument
arménien" est tout à coup devenue un des enjeux principaux de la campagne
électorale des candidats d'origine turque. A chaque rencontre entre les
candidats d'origine turque, on discute longuement la position de deux piliers du
gouvernement actuel, PS et MR, relative à la question de génocide arménien et on
s'interroge sur la manière d'influencer ces deux partis pour qu'ils prennent une
position favorable aux thèses turques.
 
Cette campagne en Belgique coïncide avec une nouvelle décision scandaleuse du
gouvernement turc relative à la question de génocide arménien. Une circulaire du
ministère turc de l'éducation nationale datée du 14 avril 2003 et envoyée à tous
les établissements scolaires en Turquie, y compris les écoles arméniennes,
demande l'organisation "de conférences et de concours de compositions" dans le
but de "lutter contre les arguments relatifs au génocide arménien". (/Hurriyet/,
le 12 mai 2003).
 
Juste à la date de l'inauguration d'un autre monument arménien dans la capitale
française par le maire socialiste de Paris, le 24 avril 2003, le /Hurriyet/ a
rapporté que la première réponse favorable à cet appel en vue de démolir le
monument d'Ixelles aurait été donnée par le président du PS Elio di Rupo. Selon
le journal, M. Di Rupo aurait dit dans sa réponse du 10 avril 2003: "Votre
demande a été bien comprise et notée de notre part. Dans ce contexte,
l'instruction nécessaire a été transmise au bourgmestre d'Ixelles Willy Decourty
(PS)."
 
Toutefois, contredisant cette information, le même journal a annoncé dans son
édition du 7 mai 2003 que le bourgmestre Willy Decourty (PS) aurait refusé la
démolition du monument en soulignant que le génocide arménien est un fait
historique et que le président du PS Elio Di Rupo, de sa part, aurait défendu la
présence du ce monument en disant "Je ne peux pas rester silencieux devant ce
génocide."
 
Sous le titre "La défense arménienne a coûté cher", le /Hürriyet/ a affirmé que
le Comité de coordination turque aurait fait un appel à tous les électeurs turcs
pour ne pas voter pour le PS et a demandé aux Turcs figurant sur la liste PS de
retirer leur candidature. "Sinon, l'esprit de nos martyres de g uerre de
libération nationale et de notre guide suprême Mustafa Kemal Atatürk va cracher
à votre face!" déclarait le comité d'un ton menaçant.
 
Quelques jours plus tard, un groupe appartenant au Comité de coordination et à
/l'Association de la pensée ataturkiste en Belgique/ (BADD) ont manifesté devant
le monument arménien à Ixelles en brandissant des drapeaux turcs et ont déclaré
qu'ils manifesteront chaque semaine tant que ce monument ne sera pas démoli.
 
En riposte, les candidats d'origine turque sur les listes électorales du PS,
notamment un échevin de la Commune de Saint-Josse, candidat à la Chambre des
représentants, dans ses interventions aux radios locales turques, essayent de
minimiser ces attaques et rejettent toute la responsabilité de l'érection de ce
monument à Ixelles sur l'ancien bourgmestre Yves De Jonghe (MR, ancien PRL).
 
Compte tenu de la présence des électeurs non seulement d'origine turque mais
également d'origines kurde, arménienne et assyrienne dans la Commune de
Saint-Josse, il est effectivement difficile pour un échevin de prendre une
position tranchante sur la question.
 
Bien que la question du "monument arménien" soit fort exploitée par les
candidats d'origine turque lors de leur campagne en langue turque dans les
médias turcs, les deux partis en question, MR et PS, préfèrent l'ignorer
totalement.
 
Par contre, pour séduire les électeurs d'origine turque, plusieurs dirigeants de
ces partis ne ratent aucune occasion pour faire des visites d'amitié aux
associations turques pro-gouvernementales ou aux milieux d'affaires turcs. Là,
on fait des éloges "à la turque" à la Turquie et même souvent au "système
occidental et laïc" de ce pays...
 
En ignorant toutes les critiques européennes concernant la situation des droits
de l'homme et la domination militariste sur la vie politique dans ce pays, on
promet sans cesse qu'ils feront leur maximum pour l'adhésion de la Turquie à
l'Union européenne sans parler des critères de Copenhague.

retour ...