UNE JOURNEE DE LA MEMOIRE POUR LA SHOAH Retour à la page d'accueilPlan du siteLiens
 

Accueil
News, Infos, Agenda

 

Actualités

 

News

 

La Lettre de l'ADL

 

Agenda, activités, culture

 

Infos Europe, Turquie

 

Infos d'Arménie

 

Documents

 

Questions/réponses
La Cause Arménienne

 

Communiqués

 

Infos

 

Le Mouvement Arménophile

 

Le Génocide

 

Le Négationnisme

 

Archives

 

Petitions
Histoire

 

Les racines

 

Contemporaine
Liens
Contacts

 

Sections

 

Bureau

 

Couriel des Internautes
RECHERCHE
UNE JOURNEE DE LA MEMOIRE POUR LA SHOAH 27/10/2002
 Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire
C'est par la publication d'un article publié dans le quotidien Le Monde du 21 octobre 2002 que les Arméniens de France ont pris connaissance de l 'adoption, par les ministres de l'Education du Conseil de l'Europe, d'une déclaration instituant, dans les établissements scolaires, une Journée de la mémoire de la Shoah et de la prévention des crimes contre l'humanité.
 
voir la lettre de ADL Ramgavar France adressée au ministre
 Simone Veil
Cette déclaration, qui fait suite aux propositions avancées lors du Forum international sur l'Holocauste, à Stockholm en janvier 2000 - soit presque un an, jour pour jour, avant l'adoption de la Loi du 29 janvier 2001 -, ne concernera donc pas le Génocide arménien de 1915  puisque la délégation française s'est efforcée, semble-t-il, de circonscrire seulement à la Shoah le champ d'application de cette journée scolaire, qui, à l'origine, s'étendait à tous les génocides.

Simone Veil, présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, a justifié ce choix, en critiquant "la comparaison à tout va" et les amalgames" : "Saddam Hussein est-il un nouveau Hitler ? La politique israélienne est-elle comparable au nazisme ? Si tout le monde est victime, si tout le monde est coupable, plus personne ne l'est vraiment ! a insisté Mme Veil. Il faut que la spécificité de la Shoah ne soit jamais banalisée." Pour l'ancienne présidente du Parlement européen, l'extermination des juifs "doit être enseignée telle qu'elle fut, ni plus ni moins".

Commentaire de l'ADL : Nous pensons néanmoins que cette initiative, qui va dans le bon sens pour enseigner l'histoire aux jeunes générations, ouvre la porte pour l'instauration d'une journée de la mémoire pour le Génocide arménien et les autres crimes contre l'humanité.
 
Téléchargez l'article du LeMonde
retour ...