Evènement Retour à la page d'accueilPlan du siteLiens
 

Accueil
News, Infos, Agenda

 

Actualités

 

News

 

La Lettre de l'ADL

 

Agenda, activités, culture

 

Infos Europe, Turquie

 

Infos d'Arménie

 

Documents

 

Questions/réponses
La Cause Arménienne

 

Communiqués

 

Infos

 

Le Mouvement Arménophile

 

Le Génocide

 

Le Négationnisme

 

Archives

 

Petitions
Histoire

 

Les racines

 

Contemporaine
Liens
Contacts

 

Sections

 

Bureau

 

Couriel des Internautes
RECHERCHE
Conférences, débats  |  Evènement  |  Livres, CD  |  Divers

EXPOS, FILMS, CONCERTS,
 SOUSCRIPTION NATIONALE
 La statue du Père Komitas inaugurée le 24 avril 2003
POUR LE FINANCEMENT DU MONUMENT COMMEMORATIF ARMENIEN
PLACE DU CANADA - PARIS 8
 
Adressez vos dons à :
"LES AMIS DU R.P. KOMITAS"
92 rue Saint Lazare - 75009 PARIS


"Nous ne réussirons qu'ensemble !"

 
* Dès réception de votre don, un reçu CERFA vous sera adressé.

Hauteur du Monument 6 mètres : statue 4 mètres, socle 2 mètres.
Le coût total du projet : 125 000 Euros

Voir l'historique  du monument.




 CARTE POSTALE
Cliquez pour agrandir l'image 
A l'occasion de l'inauguration du monument du R.P. Komitas à Paris le 24 avril 2003, une carte postale a été éditée par le CCAF à 5000 exemplaires.

ADL dispose d'un certains nombre d'exemplaires reservés à ses amis. Vous pouvez en commander  en nous adressant vos chèques libellé à l'ordre de l'ADL :
ADL - 29 rue Etienne Dolet - 94140 Alfortville
 
Le prix de vente unitaire a été fixé à 2 euros et les sommes réçues seront entièrement versées à l'association des Amis du RP Komitas.


Longue fut la route
 
                  Longue fut la route
                  Dures les pierres du chemin
                  Mais tel un marin
                  Tu portais ta foi
                  Comme un fanal
                  Dans la passe étroite de la vie.
                  Tu survécus à la tempête
                  Où tant des tiens furent emportés
                  Mais le syndrome du survivant
                  Te rattrapa
                  Te submergea
                  Qui t'en voudra ?
                  Je suis certain
                  Que le chour des anges
                  T'accueillit comme il se doit
                  En musique
                  Ce baume de l'âme
                  Que ta quête spirituelle
                  Partagea
                  Dans les affres qui t'assaillaient
                  Tu pensais à tous ceux
                  Qui n'ont pu suivre
                  Leur chemin de vie
                  Ta présence est leur trace
                  Voilà pourquoi
                  Nous élevons ce monument
 
                  Pour eux
                  A travers toi
                  Komitas
 
                  Lipchitz
                 Homme du Monde

DIASPORAMA

      Je connais deux peuples dont le destin tragique s'est croisé sur le chemin de l'Histoire.
      Aucun des deux n'aurait aimé dire à l'autre :
      « Je vais te raconter ce qui m'est arrivé. »
      Et l'autre de répondre :
      « Ne dis rien. Je sais. »
      Alors depuis des décennies, le premier touché essaye d'obtenir réparation, ne serait-ce que morale, du préjudice subit.
      Mais l'histoire claudique. Elle ne reprendra sa marche en avant que le jour où un Grand turc saura, au nom de son peuple, dénoncer les souffrances faites à une minorité linguistique et pourtant sujette à part entière de l'empire du moment.
      Voilà pourquoi je dis à mes frères arméniens : « Ne baissez pas les bras, l'Heure est peut-être plus proche que vous ne le pensez. »
      J'espère voir ce jour de mon vivant afin de sentir mes narines se dilater sous l'effet d'une grande inspiration mêlant l'émotion, la joie et la tristesse mais que me fera être en communion avec tous les descendants de la tragédie.
      Alors, vous, qui de par le monde oeuvrez pour la reconnaissance de la réalité du génocide perpétré à l'encontre de vos aïeux, frappez à toutes les portes de ceux, dont l'influente position peut vous épauler dans ce redressement de la roue de l'Histoire afin de la replacer dans son sillon.
 
      Pas de place à l'oubli.
 
      Lipchitz
      Homme du Monde